Les Forces de Progrès sont un groupe politique au sein de l'Assemblée départementale de la Côte-d'Or.
Il réunit les conseillers départementaux socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche.

Les actus du groupe

Session du 15 octobre 2018 : les vidéos des interventions

Retrouvez ici l'intervention de Colette POPARD, présidente du groupe, en ouverture de la session en session plénière de l'Assemblée départementale de la Côte-d'Or le 15 octobre 2018 et les interventions, voeux, réponses, ou propositions formulées par les élus membres du groupe des Forces de Progrès

En ligne ici, le voeu présenté par M Paul ROBINAT pour la signature de l'appel de Marseille pour les libertés locales.

et ici le voeu présenté par Mme Sandrine HILY pour le respect des budgets des Agences de l'Eau.

Tags: 

Pour une transition énergétique concrète !

Pour une transition énergétique concrète !

La stratégie départementale d’adaptation au changement climatique, votée par l’Assemblée en juin dernier, est une belle déclaration d’amour à l’écologie. Mais en écologie comme en amour, ce sont les actes qui comptent et non pas les belles déclarations ! Face aux contraintes du changement climatique, le document présenté ne précise pas de moyens financiers, de calendrier, ni d’indicateurs de suivis et d’évaluations.

Or les engagements sont d’autant plus engageants qu’ils sont précis. La question des emplois qui pourraient être créés n’est pas non plus abordée. Dans ces conditions, nous ne pouvons que constater l’affichage de belles intentions, mais pas assez sérieusement travaillées. En juin 2018, nous ont été resservies froides les idées du Grenelle de l’Environnement de 2009, sans tenir compte de la loi énergétique et pour la croissance verte, portée par Ségolène Royal en 2015 et qui prévoit de « verdir l’économie ».

Nous souhaitons donc que la majorité départementale propose rapidement un acte 2, suite à ce document de stratégie. Et nous attendons qu’elle précise enfin des actions concrètes à mettre en œuvre pour engager la transition énergétique, tant sur le plan de l’énergie, des transports, de l’urbanisme, de l’agriculture, des équipements, que du soutien aux nouvelles économies circulaires, etc.

Pour changer les habitudes et mesurer ce qu’on gagne à atteindre de nouveaux objectifs, rester dans les injonctions ne suffit pas. C’est donc aussi dans le mode de gouvernance, en favorisant la démocratie participative, en associant le plus grand nombre aux échanges que nous pourrons avancer plus concrètement.

Notre groupe reste disponible pour travailler dans ce sens.

 

Tribune publiée dans l'édition d'octobre 2018 de Côte-d'Or Magazine.

Tags: 

Réaction de Colette POPARD suite aux annonces du Président du Conseil départemental

Réaction de Colette POPARD suite aux annonces du Président du Conseil départemental

 

Dijon, le 11 septembre 2018

 

 

Le double langage du Président Sauvadet est devenu habituel, il en fait encore la démonstration avec ses annonces d’économies dans les budgets du Conseil départemental.

Il s’insurge avec raison contre la pression mise par l’Etat sur les collectivités mais il exécute strictement la même méthode pour les partenaires du département que celle qu’il dénonce de la part d’Emmanuel Macron.

Par exemple : il décide de couper les financements de la Prévention spécialisée dans la Métropole, alors que cette compétence est non seulement obligatoire mais de son unique responsabilité.

Les effets d’annonces se succèdent, mais rien de nouveau dans sa politique libérale. Il va continuer ce qu’il fait depuis 2008 en mettant les services départementaux, les partenaires, les communes, les associations sous pression.

Aujourd’hui, la promesse d’une renégociation des Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens (CPOM) du champ social est dans le même esprit : libéraliser et réduire l’action sociale au détriment des usagers et de la qualité d’intervention des travailleurs sociaux.

Je me félicite de la lucidité soudaine du Président du Conseil départemental qui nous entend enfin et qui annonce, après de multiples tergiversations, le report de la construction du Musée Archéologique d’Alésia. Le projet a été surdimensionné dès le départ. Nous nous sommes exprimés à de très nombreuses reprises pour demander une réorientation du projet et pour que les collections archéologiques intègrent le MuséoParc existant. Le temps perdu n’a fait qu’entretenir le déficit chronique du MuséoParc et a inévitablement pesé sur les finances du Conseil départemental.

Je m’oppose fermement à cette vieille rengaine de la droite qui voudrait voir un fraudeur derrière chaque bénéficiaire de prestations sociales et qui ressort avant chaque déclaration d’économies budgétaires. S’il est normal que le département réalise des contrôles auprès des allocataires, la stigmatisation systématique des plus modestes ne correspond en rien à la Justice Sociale que nous défendons.

Enfin, François Sauvadet affirme : « On arrêtera les subventions automatiques et nous veillerons à ce que les subventions aillent à des projets. » Il avoue clairement sa politique de saupoudrage et qu’il ne sait pas réellement où vont les subventions du département ! Le financement des associations et des communes doit se faire dans une totale transparence. Aussi, j’appelle le Président à mettre en place des critères objectifs d’attribution, partagés entre le département, les associations, les collectivités et les citoyens. Pour plus de démocratie, je lui demande, une nouvelle fois, que tous les dossiers soient étudiés dans les commissions du Conseil départemental.

 

Colette POPARD
Présidente du groupe des Forces de Progrès
Conseillère départementale de la Côte-d’Or

 

 

Alésia, si chère Alésia...

Alésia, si chère Alésia.

L’aménagement et l’exploitation du site d’Alésia, situé en Haute Côte-d’Or, sont justifiés sur le plan culturel. L’action culturelle n’a pas de coût, mais elle a un prix. Alors que l’ambition était d’attirer 130 000 visiteurs par an, comme indiqué en juin 2007 dans la 1ère délégation de service public, le MuséoParc enregistre depuis son ouverture une baisse régulière de sa fréquentation et l’objectif a été revu à la baisse : il se situe désormais dans une fourchette de 65 à 70 000 visiteurs, soit presque deux fois moins qu’au départ.

La contribution financière départementale au fonctionnement du MuséoParc est de 2,4 M€ (après un pic à 3 M€ en 2013). Cette situation s’explique par les difficultés inhérentes à un projet surdimensionné et sur deux sites. La sagesse commande aujourd’hui de voir comment il serait possible d’intégrer le Musée, (dont nul ne sait s’il se fera avec plus d’aides de l’Etat), dans le bâtiment existant afin de ne pas augmenter encore les coûts de fonctionnement sans recettes nouvelles.

L’orientation et le projet d’animation ont été revus en 2016 avec une série de mesures destinées à relancer la fréquentation en impliquant plus les acteurs locaux. Celles-ci ne porteront pas de fruits instantanément. Pour valoriser et promouvoir le MuséoParc d’Alésia, nous proposons aussi de l’associer à tous les sites liés à la période antique de l’histoire et dont la Côte-d’Or est riche sur plusieurs thèmes : la vigne et le vin, l’armée romaine, la métallurgie, les cultes des eaux, etc. Et il ne peut pas ignorer le centre européen de recherche scientifique de Bibracte.

Telles sont nos propositions formulées dans un esprit constructif avec l’espoir qu’elles seront entendues par l’exécutif.

 

Tribune publiée dans l'édition de septembre 2018 de Côte-d'Or Magazine.

Tags: 

Pour nous contacter

03 80 27 39 90


Secrétariat du Groupe des Forces de Progrès du Conseil départemental de la Côte-d'Or
19 boulevard de Brosses
21000 DIJON
[email protected]
           


Suivez le groupe sur Twitter !



  • RT : Ma réaction suite aux déclarations du Président du CD21 Les effets d'annonces se succèdent, mais rien de… https://t.co/aoeEE5Tmkw Il y a 1 mois 1 semaine
  • Notre tribune est en ligne avec nos propositions pour Alésia, en Côte-d'Or. A retrouver aussi dans l'édition de sep… https://t.co/HoDCRBUo19 Il y a 1 mois 2 semaines
  • A lire dans la dernière édition de Côte-d'Or Magazine, notre tribune "Pour une action sociale innovante" https://t.co/XSdULuZtNN Il y a 3 mois 2 semaines
Aller en haut