Les Forces de Progrès sont un groupe politique au sein de l'Assemblée départementale de la Côte-d'Or.
Il réunit les conseillers départementaux socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche.

Les actus du groupe

Soutenons mieux l'éducation populaire

Soutenons mieux l'éducation populaire

Les mouvements d'éducation populaire participent à l'amélioration de notre société. Sans dogme, mais dans la défense permanente des valeurs républicaines, les associations d'éducation populaire éveillent la jeunesse à la vie collective, à la solidarité et à la culture.

Lors de la Commission permanente du 26 mars 2018, nous avons proposé que les subventions aux associations oeuvrant dans le domaine de la jeunesse et de l’intergénérationnel soient réorientées pour mieux soutenir les projets d'éducation populaire.

D'un montant de 40 000 € (en baisse  de 10 000 € par rapport à 2017), ces crédits ont été  attribuéspour 30 000 € à l'aéroclub de la Côte-d'Or et 10 000 € à l’association départementale de développement et d'animation du milieu rural de Côte-d'Or (ADDAMIR 21). Les FRANCAS, le Cercle Laïque Dijonnais et les Éclaireurs et Éclaireuses de France n'apparaissent plus dans les structures soutenues au titre de ce programme.

Sans remettre au cause l'action de  l'aéroclub, qui permet à des collégiens de bénéficier de baptêmes de l'air, nous avons proposé que les subventions soient mieux réparties au bénéfice des mouvements d'éducation populaire en maintenant la contribution à l'ADDAMIR et en renouvelant le soutien aux structures aidées les années précédentes. Les financements de l'éducation populaire doivent être pérennisés.

Nous assistons, années après années, à  une diminution du soutien aux associations. Nous défendons au contraire le besoin impératif d'un maintien des subventions. Nous proposon une nouvelle donne dans le dialogue associations/Conseil départemental par la mise en place d'un dispositif co-construit de critères objectifs d'attribution des subventions comme le font de nombreuses collectivités progressistes.

Pour répondre au triple défi dont font face les associations – défi des financements, défi de la gouvernance et défi du bénévolat – le Conseil départemental doit revoir ses pratiques pour renforcer le dialogue et soutenir les projets issus de tout notre territoire.

 

Tribune publiée dans l'édition de mai 2018 du magazine départemental.

Tags: 

Rapprocher l'agriculture et le consommateur-citoyen

Rapprocher l'agriculture et le consommateur-citoyen

La Métropole dijonnaise, associée à un grand nombre de partenaires (INRA, Dijon Céréales, Chambre d'Agriculture, Conseil régional, Université, Food Tech, Vitagora, etc...) a été retenue par l’État comme “Territoire d'Innovation de Grande Ambition (TIGA)” pour son projet d'autosuffisance alimentaire à l'horizon 2030.

Rapprocher les productions locales, agricoles et maraichères, des consommateurs-citoyens est l'ambition de ce projet. Fort de ses acteurs innovants, de sa dynamique et de sa renommée patrimoniale et gastronomique, la métropole a l’ambition de devenir d’ici à 10 ans le territoire démonstrateur d’un système alimentaire durable et innovant.

Cette ambition repose sur une approche touchant à l’ensemble des activités de production, d’échange, de transformation, de distribution et de consommation d’un territoire et s’articule sur trois axes :
- Développer un système alimentaire durable facteur de qualité environnementale du territoire : il s’agit de devenir le démonstrateur à grande échelle d’un modèle agro-écologique qui préserve et valorise les ressources naturelles et la biodiversité, fournisse des produits de qualité en quantité suffisante et s’appuie sur une complémentarité entre activités et territoires urbains et ruraux.
- Créer un système alimentaire facteur de développement économique et d’emplois pour le territoire : il s’agit, à 10 ans, d’accroître la part des productions locales dans l’alimentation de la population grâce au développement de produits bruts et transformés et de services innovants liés au nouveau modèle agro-écologique.
- Améliorer la qualité de vie et renforcer la cohésion sociale : l’objectif est d’assurer l’accès de tous à une alimentation et un environnement plus sain, à des prix accessibles, de faire des consommateurs-citoyens les acteurs de leur alimentation, de  renouer la confiance entre consommateurs-producteurs.

Nous, élus de la diversité des territoires Côte-d'Oriens, ne doutons pas que le Conseil départemental accompagnera fortement ce projet. Il s'agit de montrer toutes les complémentarités dans notre département entre ville et campagne.

 

Tribune publiée dans l'édition du mois d'avril 2018 du magazine départemental.

Tags: 

Session du 26 mars 2018 : les vidéos des interventions

Retrouvez les différentes interventions, voeux, questions, ou propositions formulées par les élus du groupe des Forces de Progrès en session plénière de l'Assemblée départementale de la Côte-d'Or le 26 mars 2018.

Tags: 

Situation de détresse dans les EHPAD

Situation de détresse dans les EHPAD

A l'appel des syndicats unanimes, les personnels des EHPAD de Côte-d'Or étaient en grève pour dénoncer les conditions de travail dans les établissements. Nous avons apporté notre soutien à ce mouvement.

Comme nous le rappelons inlassablement lors les sessions du Conseil départemental, dans les tribunes publiées dans Côte-d'Or Magazine, les moyens alloués dans les établissements sont insuffisants. Ces manques largement constatés par les personnels et par les résidents entrainent des carences dans l’accompagnement des personnes âgées, et provoque de la souffrance pour les personnels.

Ce mouvement social inédit a permis de mettre en lumière les difficultés du quotidien. Les témoignages recueillis par la presse ou publiés sur les réseaux sociaux doivent alerter tous les responsables publics de la détresse de la situation.

L’État finance la dépendance et les soins dans les EHPAD. Déclarée “grande cause nationale” en 2007, les moyens annoncés font toujours défaut aujourd'hui. Par exemple avec le taux moyen de personnel par résident en EHPAD : l’objectif affiché en 2007 était de 0,8 personnel par résident. 10 ans après, on atteint à peine 0,6 personnel par résident. Nous demandons au gouvernement de répondre à l'appel des personnels et des résidents en donnant les moyens indispensables au bon fonctionnement des établissements.

Quant au Conseil départemental de la Côte-d'Or qui finance l'hébergement, nous demandons, une nouvelle fois, qu'il prenne ses responsabilités. Lors de la dernière session budgétaire, Christophe Avena, membre de la commission des affaires sociales, est intervenu pour demander des moyens supplémentaires. Ce à quoi la Vice-présidente aux actions sociales et intergénérationnelles a répondu : “Ce n'est pas en mettant plus d'ASH (agent de service hospitalier) dans les établissements que nous règlerons le problème”. Et bien si, c'est justement le principal besoin identifié : plus de personnel pour une prise en charge plus digne et plus humaine de nos aînés.

 

Tribune publiée dans le magazine départemental de mars 2018

Tags: 

Pour nous contacter

03 80 27 39 90


Secrétariat du Groupe des Forces de Progrès du Conseil départemental de la Côte-d'Or
19 boulevard de Brosses
21000 DIJON
[email protected]
           


Suivez le groupe sur Twitter !



Aller en haut